La biosynergie en détails

L’Ostéopathie a pris comme maxime de base depuis ses débuts :

“Toute perturbation de l’équilibre des structures entraine une perturbation des fonctions dépendantes de ces dernières”.

Ce qui était une évidence pour le système ostéo-articulaire, s’est étendu au système viscéral, gynécologique et cranio-facial.

Les travaux de neuro-physiologie du siècle passé ont conforté les “Pères fondateurs” dans leur hypothèse de travail : que ce soit dans le sens rachis/organes par la mise en jeu des relais neuro-sensoriels vers les micro- plexus viscéraux et vasculaires ; mais aussi dans le sens organes/rachis à partir des mécano-récepteurs viscéraux vers le système ligamentaire rachidien.

Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes…  Il suffisait de libérer les micro-mouvements des structures ostéo-articulaires, crâniennes ou viscérales pour que toutes les fonctions du corps s’en trouvent régulées et le patient guéri de tous ses maux …

Malheureusement la vie n’en va pas ainsi… Le corps humain, système complexe auto-régulé, en interaction permanente avec son environnement a “un pilote dans l’avion” et même un co-pilote (son subconscient) qui ne sont pas toujours d’accord.

Nous savons aujourd’hui, grâce à la Psycho-Neuro-Endocrino-Immunologie comment on passe de stress répétés ou de conflits non résolus à un déséquilibre structural :

  • Que ce soit de façon simple pour expliquer la “fixation” de zones du corps par des émotions véritablement imprimées dans les tissus viscéraux ou le conjonctif articulaire.
  • Ou bien de façon plus complexe par exemple quand une patiente vivant plusieurs deuils répétés (encaissés par la thyroïde) déprime, fait chuter son immunité, réactive un virus EBV ancien et déclenche (puisqu’elle a le groupe HLA adéquat) une thyroïdite d’Hashimoto avec un goitre ou plusieurs nodules.

Nous pouvons alors dire que :

“La perturbation durable d’une ou plusieurs fonctions entraine une perturbation dans l’équilibre des structures”

L’ostéopathie énergétique et vocale va être un outil de choix pour repérer dans le corps ces conflits et ces stress imprimés dans les tissus car le mouvement de l’énergie y est perturbé de façon beaucoup plus fine que “les lésions ostéopathiques traditionnelles”.

Le mouvement d’énergie psychique doit y être rétabli. L’utilisation du Son et de la Voix mobilise directement les niveaux émotionnel et mental sur lesquels se sont inscrits ces conflits.

Faire revivre au patient ces émotions en l’aidant à les surmonter peut être très libérateur pour lui car il devient l’acteur principal de sa guérison. Sa stabilité ultérieure n’en sera que plus durable.

La connaissance que nous avons des neuro-médiateurs et des régulations endocrines permet un nouvel abord des régulations organiques.

Que ce soit la voie rapide d’activation du stress (système Ortho et Para-sympathique) ou la voie lente (Hypothalamo-surrénales), ce sont les dysrégulations endocrines qui inscrivent durablement les dysfonctions organiques d’origine psychique.

“Il n’y a pas d’harmonisation globale qui ne passe par un équilibre neuro-endocrinien”.

Le niveau de pollution actuel, que ce soit par :

  • les pesticides à effet hormonotrope
  • les métaux lourds neurotoxiques et puissants facteurs d’oxydation
  • la consommation immodérée de médications chimiques aux effets iatrogènes comme les vaccins, les neuroleptiques, les anti-inflammatoires, les antibiotiques, ou encore par une suralimentation glucido-lipidique dévitalisée

ne permet plus au corps humain de retrouver tout seul ses grands équilibres.

Il est alors nécessaire d’aider les processus physiologiques de détoxination et de dépollution par une diététique appropriée et les outils naturels que nous donne la nature : les végétaux.

La biologie moderne nous donne la possibilité de savoir où nous en sommes exactement dans les processus d’encrassement et de dérégulation (ce que ne fait pas une NFS.)

Et là encore, nous pouvons dire :

“La perturbation de l’équilibre colloïdal entraine une perturbation des fonctions organiques, ce qui a un retentissement sur l’état de leur structure”.

Par exemple dans la succession des phénomènes d’inflammation/sclérose, une acidose métabolique durable succèdera à un engorgement lymphoïde d’intoxination où le tissu conjonctif était épaissi, inflammatoire et “caoutchouteux” ; ce même tissu conjonctif va alors se dessécher, se fibroser et se dessiquer, perdant ainsi ses qualités.

Les gestes classiques de l’Ostéopathe même s’ils corrigent une partie du trouble de mobilité et amènent un mieux circulatoire ne sont pas suffisants pour retrouver une physiologie loco-régionale. Les Ostéopathes du passé s’en contentaient en appelant cela une lésion irréversible.

Aujourd’hui nous savons qu’en corrigeant l’équilibre colloïdal, qu’en stimulant les anticorps cyto-trophiques des cellules souches et en les nourrissant correctement, nous pouvons aller beaucoup plus loin pour retrouver une grande partie des qualités élastiques du conjonctif ou du cartilage, permettant de retrouver une physiologie acceptable.

C’est vers cette Ostéopathie Nouvelle que nous souhaitons vous emmener.

Nous gardons à l’esprit l’équilibre des macro-structures bien sûr, mais aussi des micro-structures biologiques comme les membrannes cellulaires ou l’équilibre intracellulaire de l’ADN.

L’équilibre des fonctions psychiques à travers le système neuro-endocrinien reste fondamental à préserver pour assurer notre adaptabilité permanente avec le monde qui nous entoure.

Nous appellerons l’ensemble de ces techniques tant diagnostiques que thérapeutiques :

La biosynergie médicale

Pour un meilleur équilibre du corps, de l’âme et de l’esprit.

Le thérapeute est le principal “outil thérapeutique”.